Carnet de route

Randonnée pèdestre autour d'Asni

Sortie :  Randonnée Asni du 08/09/2012

Le 13/09/2012 par Julie

Arrivée samedi, aux alentours de midi, à Asni, dans le tumulte. Repas fait de grillades aux abords du souk. Si la marche ne parvient pas à nous maintenir en forme, du moins les fumées des braseros nous auront-elles conservés quelques heures de plus. Nous rejoignons tous, ensuite, l’internat de jeunes filles d’Asni.
Puisque nous avons déjà réussi le coup de force de prendre du retard, Jean Pierre et Liliane, maîtres à bord, décident que nous rejoindront l’Ecomusée du parc national du Toubkal en voiture plutôt qu’à pied pour accélérer le mouvement. C’était sans compter la voiture de Yohann et Sabine qui apprend à tous ceux qui l’ignoraient encore qu’ «aujourd’hui, les batteries lâchent d’un seul coup s’en prévenir, c’est plus comme avant ... (ma bonne dame, tout se perd) » Heureusement, la réactivité de notre guide Hassan et du garagiste fait mentir les plus pessimistes. En l’espace d’une heure, au plus, la batterie est remplacée et nous voilà repartis pour l’écomusée.
Situé à flan de montagne, en face du verdoyant hôtel du patron de Virgin - beaucoup trop cher de l’avis général - il a été co-financé par la Banque mondiale. Nous attendons encore un peu avant de commencer la visite. Un musée relativement petit, mais très bien conçu où nous apprenons que les gypaètes du Toubkal, une espèce de rapace, sont en voie de disparition. Il n’en reste plus que trois,  « deux parents et un juvénile », insiste notre guide. La visite achevée, Hassan nous guide, le long de l’oued, en suivant le canal construit pour irriguer les vergers. Moment exquis où la fraicheur du soir dispute à celle de l’eau entre les pommiers et les cognassiers.
Revenus à l’internat, les arômes du goûter nous saisissent. Tous réunis dans le petit réfectoire du pensionnat de jeunes filles, nous dînons, dans la bonne humeur, d’une cuisine empruntée à Choumicha. Plus tard dans la soirée, Chto, la maîtresse des lieux, sorte de seconde mère pour les jeunes internes, nous compte son histoire. Les Marocains du groupe découvrent alors une femme forte au parcours assez exceptionnel ; les Français francophones mesurent la chaleur du personnage et l’étendue de leur ignorance du darija. Nuit de sommeil.
Au matin, après un petit déjeuner simple et efficace, nous voilà partis pour « le parcours vert » dessiné par l’écomusée et toujours guidés par Hassan qui est accompagné, cette fois, de son fils Aymane. Une visite rapide du siège de l’association qui surplombe la vallée, et nous grimpons la pente raide du premier kilomètre. Comme au CAF on n’aime pas faire comme les autres, nous avons pris le chemin en sens inverse, paraît-il. Au total 4 heures de marche sur un chemin relativement escarpé au départ, et de plus en plus balisé et aménagé par la suite, dans un paysage magnifique et des vue à couper le souffle.
Retour au pied de l’écomusée, puis en voiture à Asni. Le temps de plier bagages, de se dire au revoir, la route de Casa - 4h - nous tend les bras. Merci à Chto et ses aides, Hassan et son fils, Jean Pierre et Liliane.

Julie







CLUB ALPIN FRANCAIS CASABLANCA
50 BD SIDI ABDERRAHMANE
ESPACE PROVINCES DE FRANCE
QUARTIER BEAUSEJOUR 20200 CASABLANCA
99350  MAROC
Contactez-nous
Tél. 00 212 522 99 01 41
Agenda