Carnet de route

Spéléo La Cathédrale

Le 26/05/2013 par Hamid LEMASRA

L’histoire de notre sortie a commencé il y a très longtemps, plus précisément quelques millions d’années, une époque où l’Atlas se formait et se construisait, mais il n’avait pas encore cette forme si belle qu’on lui connait maintenant, qui nous fait rêver et qui nous donne tant envie d’y retourner.

C‘était donc un territoire hostile, des dinosaures de toutes sortes et de toutes tailles rodaient dans les rivages de plusieurs lacs qui faisaient la joie de diverses créatures aquatiques. Dans ces lacs alimentés par plusieurs ruisseaux, de toutes petites particules de terre et de sable se déposaient, drainées par ces ruisseaux et ces rivières. Avec le temps, ces lacs ont séché,  et tous ces dépôts se sont retrouvés à l’air libre et au soleil chaud, ils sont devenus durs, très durs,  se sont transformés en cailloux, en calcaire. Cette opération s’est répétée plusieurs fois, et de nombreuses couches de calcaire se sont formées.

La terre quant à elle n’a pas arrêté de se transformer et de bouger, des plaques se poussaient et d’autres s éloignaient ; L’Atlas a commencé à pousser et à grandir, et les couches de calcaire sous cette pression se sont dressées et ont perdu cette forme horizontale  sous laquelle elles étaient nées.

Et puis celle sans laquelle rien n’aurait été possible est venue, érosia, elle est descendu du ciel avec toutes ces forces. Cette goutte d’eau s’est écrasée contre le sol de l’Atlas dans un éclatement spectaculaire, et deux secondes plus tard, elle s’est reformée, avec d’autres érosias, formant un ruisseau qui se faufilait entre les cailloux  et comme par magie, une fissure se retrouvait sur leur chemin. Erosia l’a emprunté  pour aller sous terre, quelque part ou elle pouvait vivre avec ses semblables. Le passage d’érosia  n’a pas été sans conséquence dans cette fissure car toutes les autres érosias ont pris le même chemin et ont fait grandir cette fissure. Des milliers d’années voir des millions d’années se sont écoulées depuis et cette fissure s ‘est transformée en grotte.

Revenons à nos jours, le 25/05/2013, notre décision a été prise quelques jours auparavant, aller voir  WAKHOUDN, le nom que les berbères de ZAOUITE TAMGA ont donné à la fissure d’érosia. Armés de casques et de kits, on s’est frayé un chemin dans cette forêt de pins, l’accès à WAKHOUDN n était pas facile, plusieurs passages d’escalade  et de sentiers aménagés ont été franchis pour enfin arriver à cette belle entrée.

Nous voilà à l’intérieur, on ne pouvait qu’admirer l’oeuvre d’erosia , des stalactites, des  stalagmites, des formes qu’elle a pris le soin de sculpter sur toutes les parois de ce qui était à la base qu’une simple fissure.

A mi-chemin, la nature nous a rappelé à l’ordre, érosia était là, en train de travailler, de sculpter. Un passage long de plusieurs mètres était inondé, plusieurs millions d’érosia  nous barraient le chemin, un autre passage était là juste a côté, mais risqué à grimper et encore plus à descendre et comme notre but à tous (ou presque) était de vivre une expérience ensemble, on a pris la décision de revenir sur nos pas et d’explorer toutes les ouvertures qui s’offraient à nous sur le chemin du retour.

Finalement, on a tous grimpé, rampé, glissé, marché, dans le silence, le noir, le froi de sous terre, mais une chose est sûre, sans érosia, cette expérience n’aurait pas été possible. Merci à l’eau, à sa force et au temps.

CLUB ALPIN FRANCAIS CASABLANCA
50 BD SIDI ABDERRAHMANE
ESPACE PROVINCES DE FRANCE
QUARTIER BEAUSEJOUR 20200 CASABLANCA
99350  MAROC
Contactez-nous
Tél. 00 212 522 99 01 41
Agenda