Carnet de route

Randonnée et astronomie Imouzzer Ida Outanane

Sortie :  Astronomie et Randonnée du 16/11/2013

Le 17/11/2013 par Adrien

Cette sortie de trois jours s’annonçait sous le signe de la diversité : celle des activités, des lieux visités et des membres qui la composaient. En effet, l’association 3AM (Association d’Astronomie Amateur de Marrakech) et le CAF de Casablanca (Club Alpin Français) s’étaient donnés rendez-vous afin de partager leurs différents centres d’intérêt : l’astronomie et la randonnée. La langue terminale occidentale du Haut-Atlas, débouchant sur l’Océan Atlantique, avait été choisie comme lieu de rendez-vous pour ce mariage inédit. L’hôtel des cascades et son cadre enchanteur à Imouzzer des Ida-Outanane allait accueillir 26 personnes en quête de repos, d’air frais et d’images pittoresques. Mais après la longue route menant de Casablanca aux environs d’Ameskroud, l’installation au logis n’était pas d’actualité.

 

Un premier arrêt permettait aux participants de pique-niquer au bord de la piscine semi-naturelle de la grotte de Win-Timdouine (grotte des lacs en Amazigh). Si quelques courageux piquèrent une tête dans l’eau relativement froide (mais loin des minimas qui seront atteints par la suite) du réservoir alimenté par la source de la caverne, la visite de la cavité n’était pas au programme car requérant un matériel de spéléologie. Les plus curieux se limitèrent au premier couloir de la cavité en pensant aux spéléologues qui les avaient précédés et qu’ils avaient pu observer dans leurs préparatifs depuis la route vertigineuse menant à la grotte.

Le programme prévoyait une petite ballade sur le plateau de Tasroukht, surplombant la caverne, au travers de paysages "à la Pagnol" : ne manquait que les stridulations des cigales, cependant compensées par les sifflements stridents du chef de course tentant, tant bien que mal, de rassembler les troupes. Au sein de cet univers calcaire, les découvertes de fossiles furent nombreuses et les enfants se donnèrent à cœur joie de constituer une collection pour le moins pléthorique. A la grande joie des parents qui virent leur sac considérablement alourdi pour le retour. Après cette petite boucle de 2h30, il était alors temps de rejoindre le gite situé à une vingtaine de kilomètres de la grotte. Un feu de cheminée y attendait le groupe car l’été indien qui s’était installé au Maroc depuis la fin septembre avait subitement choisi de céder sa place à l’hiver. Les chambres attribuées (non sans mal) et le dîner consommé, l’astronomie pouvait débuter.

Malheureusement pour cette première soirée, les nuées avaient accaparé le ciel et toute observation astronomique se révélait impossible. En guise de palliatif, de petites conférences tentèrent d’animer le séjour de l’hôtel transformé pour l’occasion en salle des séminaires. En vain… Uranie, la muse de l’astronomie, était en panne et les glorieuses constellations grecques mouchetant le ciel restaient invisibles. Seul Morphée s’imposait dans toute sa gloire et fermait petit à petit les yeux de ceux qui tentaient de résister à l’appel du sommeil après cette journée, il est vrai, bien remplie.

 

Le lendemain et après une nuit réparatrice, une marche tranquille permettait à l’équipe de découvrir la vallée du Miel, région dont fait partie Imouzzer des Ida- Outanane. Une première petite grimpette jusqu’au fort abandonné de la ville donnait un aperçu du panorama alentour. Ensuite et après la pause ravitaillement "Moul Hanout", effectuée afin que chacun prépare son casse-croûte du midi, les pas des randonneurs se dirigèrent vers les fameuses cascades de la localité.

Malheureusement le "Voile de la Mariée", surnom donné aux cataractes, n’était pas en place : les pluies se refusaient à l’Union Sacrée… Ce qui n’empêcha pas les marcheurs de goûter à leur repas de fête.

 

La collation ingérée aux pieds de la paroi, la baignade quotidienne accomplie par les plus téméraires du groupe dans la vasque recueillant l’eau tombant habituellement des chutes et le passage obligé par une coopérative commercialisant miel, huile d’argan et produits dérivés réalisé, l’heure de remonter à l’hôtel était arrivée. "Remonter" avait ici tout son sens et une sélection naturelle évidente s’opéra entre "Cafiste" et "Astronomiste" (au lecteur de deviner dans quel sens)… La gravité, cher aux astronomes, se rappelait douloureusement à leur mémoire… Malgré les 10 % de perte toléré pour chaque sortie (instauré par le nouveaux Président), tous les membres du groupe rejoignirent l’hôtel sain et sauf et purent ainsi profiter de la fin d’après-midi. De nouvelles conférences se produisirent juste avant le dîner avec une attention de l’assistance aucunement comparable au jour d'avant : l’histoire de l’astronomie et la présentation du logiciel Stellarium ne fermèrent que très peu de paupières. Le repas terminé et les nébulosités nocturnes ayant été plus clémentes que la veille, le télescope put être installé. La Lune, presque pleine, dévoila les détails de sa surface, la nébuleuse d'Orion se matérialisa vaporeusement au sein de l’oculaire et les plus noctambules assistèrent au lever de Jupiter avant de rejoindre leur chambre pour un repos bien mérité.

 

Le dernier jour de cette sortie fut consacré à une petite marche enchanteresse dans un des méandres de la vallée du Paradis, la bien nommée. Les participant traversèrent, surplombèrent puis retraversèrent (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué...) une palmeraie agrémentée d’oliviers centenaires avant de s’engager dans un canyon qui résonna assez rapidement des cris de joie de ceux qui tentèrent le grand plongeon des surplombs rocheux surmontant une grande vasque. Après cet intermède hors du temps, l'heure était alors de rentrer sur Casablanca ou Marrakech, en gardant quelque peu la tête dans les étoiles et les pieds au paradis.

 

Merci encore à Ali, Astronome animateur et Photographe attitré de cette sortie…







CLUB ALPIN FRANCAIS CASABLANCA
50 BD SIDI ABDERRAHMANE
ESPACE PROVINCES DE FRANCE
QUARTIER BEAUSEJOUR 20200 CASABLANCA
99350  MAROC
Contactez-nous
Tél. 00 212 522 99 01 41
Agenda