Carnet de route

Ascension Ras Ouanoukrim

Le 24/10/2016 par Marlène Lacire

Le Ras Ouanoukrim, ça ne vous parle pas ? Et pourtant c’est un sommet à côté du Toubkal qui culmine à 4083m d’altitude !
C’est à ce mastodonte de l’atlas que nous avons atteint le dimanche 9 octobre 2016.

 

Tout a commencé le vendredi 8 octobre où Jean-Marie, notre organisateur, et Mustafa, notre guide, nous ont donné rendez-vous au gîte d’Omar le Rouge quelques pas d’Imlil, après quelques kilomètres de pistes. C’est donc à 1900m d’altitude que commencera l’ascension le samedi matin avec une équipe de choc composée de 11 personnes dont 4 nouveaux !

 

Un bon petit déjeuner pour prendre des forces et le départ est lancé à 9h pour une montée et rejoindre le refuge du CAF situé à 3200m d’altitude. Les conditions sont excellentes. Elle se fait plutôt bien avec une pause jus d’orange au milieu pour se retrouver avant de continuer. On traverse de petits ruisseaux, un village et, au bout de 4h15 de marche, on monte les quelques escaliers pour atteindre notre objectif de la journée. Il est 13h15 et un thé bien chaud nous attend. Les plus motivés repartent pour faire une heure de randonnée l’après-midi, les autres feront une bonne sieste dans le gîte ou discuteront avec les autres randonneurs issus de toutes les nationalités. Les jeux de cartes sont également de sortie et c’est notre doyenne qui nous en apprendra le plus.


Le repas servi à 19h, la majorité d’entre nous part se coucher vers 20h car le départ est prévu à 5h30 le lendemain matin.

4h45, la lumière s’allume dans la chambre, c’est l’heure du réveil. Le petit déjeuner nous attend déjà mais nos corps sont encore tous endormis. Nous partons donc en pleine nuit, à 5h45, avec gants, bonnets et les lampes frontales allumées, tel des lucioles dans la nuit noire. Nous grimpons et faisons entièrement confiance en Mustafa qui nous guide à travers les pierres. 


Comme on peut le voir, on découvre la montagne au fur et à mesure que le soleil se lève. Entre le silence et la beauté, les instants vécus sont uniques. Nous continuons notre ascension jusqu’à la pause à 3700m d’altitude. Une première vue splendide pour se reposer 10 min et reprendre des forces. Jusque-là, tout le monde suit ! Nous repartons ensuite avec un passage d’escalade à passer. On oublie donc les bâtons et on utilise ses mains pour s’assurer contre la paroi. Le groupe est légèrement ralenti par l’une d’entre nous (moi ? ah… c’est possible). La tête qui tourne et peu de force, il ne suffisait que de quelques dattes partagées et surtout une bonne respiration pour passer ces petits vertiges. Je peux donc affirmer qu’à cette altitude, la respiration est importante pour continuer ! Et c’est reparti pour les derniers 300m d’altitude… La neige fait son apparition au sol, nous nous rapprochons…

 

4083m, objectif atteint par l’ensemble de l’équipe ! La vue à 365° est magnifique ! Quelques photos sont prises (4 espagnols arrivent et repartent en courant) mais la température n’est pas très élevée et le temps passe : il faut penser au 2200m de déniveler à redescendre. 

Le groupe se sépare alors en 2 pendant une petite heure le temps que les plus téméraires aillent monter le sommet voisin à quelques mètres : un combo de 2 montagnes à plus de 4000m d’altitude dans la même journée ! Nous nous retrouverons finalement tous au refuge le temps que les plus sportifs parcourent les différents monts aux alentours.


Un déjeuner au refuge, chargement des mules, reprise des bâtons et c’est partie pour la dernière partie de la journée : descente du refuge à 3200m au gîte à 1900m d’altitude. Quelques mal de genoux, de chevilles mais lorsqu’on se retourne, nous réalisons le chemin parcouru et cela était un véritable défi à relever !

 

17h30 : tout le monde est enfin arrivé à destination ! Une équipe solidaire qui a su se motiver pendant les 2 jours ! D’excellents moments partagés.

 

Je terminerai donc par : Bravo à tout le monde d’avoir réussi ce beau défi que nous nous sommes lancés, en basket ou en chaussures de rando, avec ou sans gants, avec ou sans bâtons, nous l’avons tous réalisés de A à Z !

C’est avec plaisir que je repartirai avec le CAF pour un nouveau weekend randonnée !

Merci à Jean-Marie pour l’organisation et un énorme merci à Mustafa pour son encadrement du vendredi soir au dimanche soir… 00h00 !

 

Marlène.







CLUB ALPIN FRANCAIS CASABLANCA
50 BD SIDI ABDERRAHMANE
ESPACE PROVINCES DE FRANCE
QUARTIER BEAUSEJOUR 20200 CASABLANCA
99350  MAROC
Contactez-nous
Tél. 00 212 522 99 01 41
Agenda