Carnet de route

Randonnée Zaouia Echeikh

Le 15/03/2017 par Jean-Marie BILLARD

Le chef de course ayant déclaré forfait, je m'y colle...

Avec plaisir et gratitude car toutes les conditions ont été remplies pour que ce weekend soit une réussite: accueil au gîte, ambiance du groupe, beauté des paysages, itinéraires choisis, qualité du guidage, beau temps... Bref tout était coordonné pour faire de cette sortie un instant de mémoire. Merci à Ahmed HAMDI de nous avoir fait si agréablement découvrir ce petit coin du Maroc qui l'a vu grandir.

Vendredi soir, le groupe s'est rassemblé chez Saadia notre hôtesse dont la réputation de gentillesse et de bonne cuisinière a largement dépassé les frontières de Imhiouach où elle a planté son gîte avec son instituteur de mari. De sa terrasse, beau point de vue sur la plaine couverte de verdure en contrebas où coule paisiblement l'Oum Errabia. Soirée de prise de connaissance pour les nouveaux ou de reconnaissance pour les autres. Douceur de l'atmosphère, ciel étoilé et clair de lune. Tout commence bien et les montagnes de brochettes qui arrivent sur la table du dîner sont les bienvenues pour rassasier la vingtaine de cafistes réunis dans le salon. Après dîner, application de ce vieux conseil (marocain?): après déjeuner dort ne serait-ce que 10 mn, après dîner, marche ne serait-ce que 10 pas.

Le lendemain, départ pour une belle boucle de 18km à travers champs, sous-bois, chemins, sentiers... au gré des creux et des bosses de cette région au relief pas mal accidenté. Beaucoup d'eau et de cultures dans les jardins: petits pois, poireaux, oignons et autres fèves se portent bien pour cause de bonne pluie cet hiver. Beaucoup de fleurs aussi avec une halte photo au milieu d'un champ de coquelicots. Puis arrêt pique nique près d’une belle cascade rappelant celle de la zaouia d’Ifrane. Après une courte pause, nous prenons la direction d’un promontoire rocheux offrant une vue 360 sur tous les environs. Du côté de la plaine : le barrage d’Echeikh et au loin les monts de la région d’Oulmes. Nous rencontrons quelques beaux spécimens de tortues, craintives comme à leur habitude. Mehdi, futur grand montagnard fatigue un peu mais tient bon. Retour vers le gîte en passant par la case épicerie : inutile d’y aller il n’y a plus de soda, les cafistes ont tout bu. Arrivés au gîte, douches, repos et conversations en attendant le dîner. Un tagine de chèvre nous attend, accompagné de cardes sauvages. Mieux que pas mal. Saadia n’a pas volé sa réputation de bonne cuisinière. Nous allons dormir.

Dimanche, départ aux aurores pour la traditionnelle (pas tant que ça !) randonnée du dimanche matin ! Cette fois, ce sera le Jbel Boutrwa à 2 130m, 12 km de marche, 600m de dénivelé positif et une promesse de neige pour Mehdi. Ascension régulière vers la crête. Au fur et à mesure que nous montons, la vue s’élargit vers la plaine et les crêtes environnantes. Ciel bleu, atmosphère limpide sous le soleil, la visibilité au loin est rare. Les sous-bois sont derrière nous, les prairies «Â terrains de golf » sont à nous. Un pierrier nous attend au pied de la falaise, ça devient plus difficile. Petite pause. Nous repartons vers le sommet. Rencontre avec une plaque de neige. Bataille. Mehdi est content, nous aussi. Il faut maintenant monter, c’est raide, les mollets font mal, le souffle se fait court, les bâtons s’activent et finalement tout le monde se retrouve en haut. Vue à couper le souffle (ce qu’il en reste) pendant une nouvelle pause récupération. Nous prenons le chemin du retour. Des pierres, des pierres, encore des pierres, un berger, un troupeau, un point d’eau, deux maisons forestières encore debout malgré des années d’abandon, une photo de groupe, une piste, un sentier, une descente raide dans le dernier sous-bois et nous sommes revenus aux voitures. Ouf

Saadia nous gronde un peu pour notre retard. Rien de grave, elle ne peut pas ne pas sourire. Le début du déjeuner est très silencieux pour cause de grosse faim. Très vite, ça va mieux, l’animation reprend. Un thé pour finir. Il se fait tard, nous devons rentrer

C’est déjà fini. Au revoir. Chacun repart de son côté dans sa voiturée, direction Casablanca et sa pollution. Pas grave, nous avons fait provision de soleil, d’air pur et de sérénité pour tenir jusqu’à la prochaine sortie. A bientôt.







CLUB ALPIN FRANCAIS CASABLANCA
50 BD SIDI ABDERRAHMANE
ESPACE PROVINCES DE FRANCE
QUARTIER BEAUSEJOUR 20200 CASABLANCA
99350  MAROC
Contactez-nous
Tél. 00 212 522 99 01 41