Carnet de route

Sortie Spéléo 12-13 mai (Week end Spéléo et bien plus….)

Le 13/05/2018 par Tamara Tufani

Week end Spéléo et bien plus….

Mon compteur affiche 118 236 Km. Il est 19h et notre petit convoie de 2 voitures s’apprête à quitter le caf pour un week-end spéléo dans le Haut Atlas. Mais à ce stade, je suis encore loin de me douter de ce que me réservent les prochains 800 km !

Nous prenons donc l’autoroute direction Beni Mellal. Hamid, Sofiane et Thaïs dans une voiture, Ayoub, Safaa et moi dans l’autre. Petite pause omelette avant de traverser Beni Mellal, puis Afourer, Azilal, et au bout d’une piste qui me semble interminable (vue qu’il est 1 heure du matin), on arrive enfin à Ait M’hammed, chez Abdellah.

L’air est tellement bon ici, au loin, le son d’un cours d’eau m’apaise instantanément. Abdellah nous accueille avec une smida et un thé, mais je suis épuisée par la route et préfère me coucher. Une sensation de bien-être indescriptible s’empare de moi : dormir sur un stah, un toit en pisé, à côté de la bergerie, en pleine montagne, sous la voie lactée… on retrouve tout à coup notre humanité.

Le lendemain, levé du soleil sur le Mont Azurki complètement recouvert de neige, un spectacle de lumières et de couleurs se déploie sous nos yeux. La vue est imprenable. Des montagnes verdoyantes et au fond de la vallée, un canyon où défile une rivière.

Petit déjeuner à base de pain fait maison, d’huile d’olive et de fruits, on est prêt pour l’expédition spéléo.

Il y a une marche de 45 min avant d’arriver à la grotte. La nature est éblouissante, les champs sont parsemés de fleurs jaunes, mauves, oranges et bien sûr de coquelicots. Nous marchons la tête au soleil mais les pieds dans l’eau, comme des enfants ! Un sentiment de bonheur et de liberté me traverse.

La 1ère grotte s’avère inaccessible. L’eau est montée trop haut et bouche l’entrée.  Pas grave, nous faisons demi-tour direction la grotte Ifri n’Kaid.

Là c’est l’odeur de pipi de chauve-souris qui nous accueille. Bien emmitouflés dans nos combis Neoprene, nos casques en place et l’excitation des premières fois dans l’estomac, nous entrons dans les entrailles de la terre ! De l’eau jusqu’aux mollets, puis jusqu’aux cuisses. Ouh là là c’est froid, très très froid ! Les parois sombres contrastent avec le dépôt blanc de calcaires au plafond. Des formes arrondis puis saillantes se succèdent, des couloirs étroits, au plafond très hauts puis très bas s’alternent. Mais nous avançons toujours, toujours plus profond, dans ce qui me semble être un labyrinthe minéral.

Nous nous retrouvons tous agrippés à la paroi, tels des lézards mouillés, avec l’eau qui monte, qui monte et qui monte encore……jusqu’aux aisselles ! Fou rire généralisé. Que de sensations !

De retour chez Abdellah, juste le temps de faire une petite pause, que nous repartons pour une petite ballade à pieds. Nous continuons ensuite à la verticale, nous faufilant entre les euphorbes et les rochers jusqu’au sommet du plateau pour y admirer le soleil couchant.

Le grand air nous a ouvert l’appétit et de retour chez Abdellah, nous nous jetons sur le pain et les tagines préparés au grand soin de Aicha.

Dans nos duvets à la belle étoile, petite leçon d’astronomie improvisée par Hamid avant le passage du marchand de sable !

Le lendemain, après avoir chargé les voitures et exprimé nos chaleureux aux revoirs à notre famille d’accueil, nous démarrons la route du « retour »…..mais pas tout à fait. Hamid nous a prévu un petit détour.

La route devient de plus en plus raide et le paysage se fait de plus en plus minéral, avec de belles nappes de neige parsemées sur les montagnes. Hamid nous indique qu’on est à 2800 m d’altitude. Pas mal !

Puis redescente vers Zawyat Ahançal….magnifique ! La vallée de l’abondance, en eau, en végétation, en ksar, en terrasses de blé, en cascades… chaque virage cache un nouveau paysage, un nouveau tableau à nous couper le souffle. Dans la voiture, c’est le grand silence. Nous nous imprégnons de toute cette beauté. Petite pause pour admirer l’imposante et majestueuse Cathédrale, avant de casser la croute au café « la cathédrale », à l’ombre des arbres.

On reprend la route, c’est la dernière partie de la boucle qui nous permettra de rejoindre Beni Mellal. Mais avant, un autre spectacle est prévu, celui de la découverte du Lac Bine el Ouidane.

Et puis à partir de Ouaouizaght, ce n’est qu’une splendide descente vers Beni Mellal. Encore 3 heures et demi d’auto route, et nous sommes de retour chez nous. Des paysages plein la tête et le cœur rempli d’émotions.







CLUB ALPIN FRANCAIS CASABLANCA
50 BD SIDI ABDERRAHMANE
ESPACE PROVINCES DE FRANCE
QUARTIER BEAUSEJOUR 20200 CASABLANCA
99350  MAROC
Contactez-nous
Tél. 00 212 522 99 01 41
Agenda