Carnet de route

Randonnée Ouirgane

Le 28/03/2019 par Marie-Laure Brodu-Manguy

Ouirgane ou le vent qui décoiffe

Ouirgane petite bourgade de la province de Marrakech au sud d’Asni nichée au pied du Haut Atlas a connu ses heures de gloire avant ce terrible orage et les coulées de boue qui ont ravagé la partie inférieure de la ville en 1995. On y trouve des auberges : Le mouflon, Le sanglier qui fume qui témoignent d’une petite activité touristique. La Roseraie, une magnifique propriété équestre à l’entrée de la ville accueille les touristes et sportifs de passage. Les habitants vivent principalement de la culture et de l’élevage. Douze est l’entier naturel suivant 11 et précédent 13 : il aurait pu être les 12 coups de minuit, les 12 travaux d’hercule, les 12 syllabes dans un alexandrin… Et bien non, ce sont les 12 casablancais fraîchement débarqués dans cette petite ville de montagne ce vendredi 22 mars 2019 pour profiter d’un beau et long weekend au milieu de Dame Nature.

Dès le premier dîner, nous dégustons un excellent tagine préparé par Rachida, cuisinière émérite de l’auberge du Mouflon et puis dodo. Nous partageons à 4 des petits appartements spartiates mais suffisamment confortables pour dormir sur nos deux oreilles.

Samedi 23 mars, lever aux aurores, heu non pas vraiment … La petite troupe se réveille doucement et rejoint la salle à manger pour un bon petit déjeuner. « Départ neuf heures » nous dit l’organisatrice très organisée ! Bon, il sera neuf et quart quand les jambes commenceront à s’échauffer. La bonne humeur est bien présente et le groupe part en suivant le guide Brahim. Nous longeons le barrage puis grimpons vers la sortie de la ville pour rejoindre une piste qui nous emmène vers de nouveaux horizons. Le vent souffle fort, les nuages gris menacent mais rien ne pourra altérer notre détermination pour ces 500m de dénivelés annoncés par notre très chère Isabelle, l’organisatrice de ce weekend. Nous grimpons à travers des sentiers escarpés tout en observant le paysage qui s’offre à nous : vallée du sel, synagogue, villages ruraux, montagnes verdoyantes… Nous observons la nature : thym, pistachiers sauvages, genévriers, praires roses et blanches, iris bleus et blancs, amandiers, vergers de pommiers et de cognassiers fleuris… Les pierres trouvées sur le chemin nous rappellent que c’est une région qui a subi des pressions terrestres. Les ocres rouges du paysage lointain saupoudrent des ravines creusées par une érosion permanente. Bref, tout au long du chemin nous nous imposons à une nature qui à chaque virage nous offre de nouvelles découvertes. Tantôt nous percevons des discussions, tantôt le silence permet à chacune et chacun de laisser libre cours à ses pensées. Nous arrivons au sommet de la colline et sur une maison en construction nous tentons  d’observer une magnifique vue sur la vallée. Nous faisons rapidement une photo de groupe car le vent nous déloge bien vite et nous courons nous réfugier chez l’habitant qui nous offre un thé et quelques petites réjouissances bien sympathiques. Ce sont des paysans qui vivent de l’élevage (les poules, vaches et ânes en témoignent) et de la culture en terrasse. Le village est entièrement bâti avec des maisons en terre. Magnifique rouge/marron, les maisons se confondent totalement avec le paysage, les matériaux locaux sont utilisés pour construire des habitations très typiques. Le groupe marche en discutant puis se met à la queue leu leu pour suivre un canal construit par l’homme afin d’alimenter les villages perchés sur ces flancs de collines. Nous sortons du village pour redescendre vers l’oued où nous pique-niquerons : les 12 sortirent le pain et garnirent leurs sandwiches de mets divers. Les discussions vont bon train, les blagues de Bilal égaient ce repas champêtre. Nous repartons vers un nouveau village où nous constatons que les figuiers de barbarie sont envahis de cochenilles et meurent petit à petit. Nous croisons des écoliers sur le chemin du retour. Nous traversons d’autres villages tout aussi typiques et complètement intégrés au paysage. Nous rejoignons l’auberge après avoir parcouru environ 15km dans une nature sauvage et magnifique.

Petite douche, bon tout le monde n’a pas eu de l’eau chaude mais ce n’est pas grave, la bonne humeur règne. Le groupe se retrouve dans la salle à manger, le DJ (enfin le gérant de l’auberge) met la musique en route et des joyeux Happy Birthday et Bon Anniversaire sont entonnés, une petite bougie sur un gâteau et que la fête commence. C’est l’anniversaire de Marie-Laure… Tout le monde y met du sien, c’est un moment convivial autour de quelques mets salés et sucrés accompagnés de boissons sages et rafraîchissantes. Le repas du samedi se passe dans la bonne humeur avec un excellent tagine au bœuf et puis repos bien mérité après une bonne journée de marche.

Dimanche matin, randonnée de 3h dans la vallée à l’opposé de celle du samedi. Traversée de Ouirgane, sur le pont, Solange et Brahim nous font un historique de cette petite bourgade. Solange nous montre la maison dans laquelle elle a vécu quelques années. Puis nous rejoignons la vallée du sel. Mais ce dernier a été bien dissous par la pluie de la nuit. Donc pas de belle couleur blanche, mais quelques traces de cette précieuse halite extrait de la terre nourricière. Puis nous nous engageons dans des sentiers étroits qui nous mènent sur des pentes escarpées et rouges. Et oui, rouge/ocre,les quelques rayons du soleil matinal se reflétant sur ces couleurs nous offrent un spectacle féérique. Des trous béants dans le flanc des montagnes témoignent d’une érosion continue et fréquente. Ces longues fentes encaissées qui partent du sommet des collines et descendent dans la vallée semble rider cette montagne qui s’offre à nos yeux. Des bouquets d’arbres ornent ce paysage lunaire.Nous prenons quelques photos pour garder en mémoire ces images magiques. Nous rattrapons une piste et Brahim nous présente une école de filles et un collège dans lesquels il travaille. Les élèves viennent y passer la semaine, un internat permet à ces jeunes habitants des villages éloignés de poursuivre une scolarité au-delà de l’école élémentaire. C’est une association qui gère ces écoles. Nous rejoignons Ouirgane par la route puis par un village. Nous arrivons à l’auberge pour préparer nos bagages. Nous dégustons en toute convivialité un excellent tagine au poulet préparé par nos hôtes que nous remercions chaleureusement. Nous nous quittons à regret, nous avons formé un groupe soudé et sympathique pendant ces deux magnifiques journées. Nous remercions notre encadrante. Nous essaierons de nous revoir dans de prochaines sorties. Merci pour ces  deux jours merveilleusement agréables.







CLUB ALPIN FRANCAIS CASABLANCA
50 BD SIDI ABDERRAHMANE
ESPACE PROVINCES DE FRANCE
QUARTIER BEAUSEJOUR 20200 CASABLANCA
99350  MAROC
Contactez-nous
Tél. 00 212 522 99 01 41
Agenda